LITUS LUGUNAISATIAS 3888

Uisse Uidne Lugeue, Malami Tu !

HEZ 'ZO ? Hezh a zo !

Ecoutez, fidèles, la Leçon du Ciel.

LITUS LUGUNAISATIAS Fête des trois classes, du cycle de Teutatès : elle symbolise l’union du Ciel et de la Terre ; c’est la troisième grande rituélie de l’année. Les festivités durent trois jours et rappellent les deux quinzaines précédant et suivant l’anniversaire de la mort de Talantio (Tailtiu), nourrice et épouse de Lugus.

Nous y honorons le dieu au visage de Soleil, Grenepos (Grian-ainech), Lugus, fécondateur de la nature, source de vie matérielle, psychique et spirituelle, le dieu chtonien, nourrisson de Talantio, la Terre-Mère, sa mort, celle de Magosia (Macha), femme de Crundi (Crundchu), mère des jumeaux Iemnoi Magosias (Emain Macha), et la capture de Caragiomana (Carman), la Vieille, qui meurt avant Samonios ; nous y honorons en outre le dieu guerrier à la longue main, Lamauontios (Lamfada), aussi la mort de Roudomongi Magosia (Macha Mongruad, Macha à la crinière rouge), la déesse guerrière, reine d’Irlande, épouse de Cimbatos (Cimbaeth) le Grand , chef de la Branche Rouge, fille de Roudos-Aedos (Aed Ruad). Enfin et surtout le dieu des arts et des techniques, Samildanacos (Samildanach), aux dons innombrables, sympolytechnicien, patron des métiers, maître de toute chose, hors classe et coiffant toutes les classes.

"Tant qu’on célèbrera Lugunaissatis il y aura du blé et du lait, des fruits, abondance de pois-son dans les lacs et les rivières, grande prospérité domestique et grande abondance dans chaque maison, du beau temps et la paix pour les fêtes des guerriers sous les armes, des poètes qui chantent, des druides qui instruisent".

Nous pourrons fêter plus particulièrement pendant ces trois jours les trois aspects de Lugus (hormis celui de fécondité, inclus dans l’aspect chtonien du nourrisson de Talantio).

  1. Aspect de combat, Caturix , Belatucadros, Latobios ("le Héros qui frappe").
  2. Aspect du dieu du ciel (physique) maniant le tonnerre (Taranis).
  3. Aspect du dieu du ciel (cosmique), le dieu sympolytechnicien Lugus Samildanacos.

Des réjouissances profanes peuvent accompagner les rites religieux : courses de chevaux, d’hommes, de femmes, luttes, régates, escrime, banquet nocturne final.

L’on pourra ramener la durée totale de la fête accomplie intégralement à trente-six heures.

On offre en sacrifice des gâteaux faits de farine, du lait, du miel, des pétales de roses, des fagotins des trois arbres, de l’hydromel ; on brûle de la résine séchée de peuplier. On initie les Auenatoues et on y reçoit les Neuitacoi.

L’on récite l’hymne à Guton (prière à Lugus).